Le plaisir : Un critère important dans le choix d'une machine à café

D’aussi loin que je me souvienne (circa 1977), j’ai toujours été un fan inconditionnel de la marque d’appareil photographique allemande Leica.

C’est un matériel robuste, particulièrement exigeant, dramatiquement onéreux qui, lorsque son propriétaire est à la hauteur, délivre une qualité d’image exceptionnelle.

J’ai passé trente ans de ma vie avec du matériel japonais entre les mains et j’ai eu la chance de réaliser quelques belles images. Il n’en demeure pas moins que c’est avec mon Leica que j’ai produit mes plus beaux clichés.

En arrivant dans le monde du café, c’est tout naturellement que j’ai appliqué à cet univers mon expérience de photographe.

La Marzocco, le Leica du Café ?

Quand j’ai intégré la maison Bibal et découvert l’univers passionnant du café, l’une de mes premières questions a été ; “Si la machine est si importante dans le processus de création d’un café d’exception, je dois regarder quelle marque ?”.

C’est Fabien, le directeur artistique qui m’a parlé en premier de la marque florentine “La Marzocco”.

La Marzocco - Liena Mini Rouge

Je suis littéralement tombé en amour devant cette petite merveille technologique. En homme de marketing et passionné de marque, j’ai adoré l’histoire de cette dernière.

Ce jour-là, de retour chez moi, j’ai partagé avec mon épouse mon désir de nous équiper d’une bonne machine… “C’est beaucoup trop gros, beaucoup trop cher, et surtout, tu ne sauras pas t’en servir”. Fin de l’histoire d’amour avec La Marzocco.

N’allez pas croire que mon épouse est une mauvaise personne ; C’est juste qu’elle me pratique depuis de très longues années.

Faut-il une machine d’exception pour faire un bon café ?

La semaine dernière, j’ai eu la chance d’aller rendre visite à une amie parisienne. Elle m’a proposé d’aller boire un café à deux pas de chez elle, dans un de ces endroits où les Parisiens adorent se poser pendant des heures pour refaire le monde (et dire du mal des autres... Si, si, je suis parisien).

C’est à Kabane au cœur du 11ᵉ arrondissement que j’ai eu le plaisir de déguster un 100% arabica d’Éthiopie préparé sur une magnifique La Marzocco par le maitre des lieux.

Au moment de régler l’addition, je lui ai demandé si une La Marzocco pour un particulier était une bonne idée ?

Il a pris une longue inspiration et m’a expliqué que pour faire un bon café, il devait littéralement gâcher 100 gr de café de spécialité chaque matin, qu’il avait installé dans la cave de son établissement un adoucisseur d’eau et que le réglage parfait de sa machine lui avait demandé deux ans de travail.

Parce que l’important, c’est de se faire plaisir

Je me souviens d’une conversation avec un nouveau venu chez Leica, déçu parce qu’il n’arrivait pas à faire des photos dignes des grands photographes l’ayant précédé.

Il rêvait de produire des images comme Cartier Bresson, mais lors de ses sorties photos, il était concentré uniquement sur son appareil et la technique pour produire des images en mode manuel (le fameux mode M).

Le plaisir est une composante essentielle qu’il ne faut pas sacrifier sur l’autel de la technologie. Si la machine était la clé du succès (en photo comme pour le café), nous verrions sur les réseaux sociaux des images fabuleuses à longueur de journée.

Il y a quelques semaines, je me suis offert une Aeropress pour moins de 40 € et je prends beaucoup de plaisir à faire mon café le week-end avec.

Machine a cafe aeropress

Je teste plusieurs températures, je varie les moutures, j’essaye, je bricole. Je m’amuse !

Cela me permet de faire du café avec mes nièces (des jumelles de sept ans et demi) et de partir en vacances avec cette petite machine facile à transporter. 

Ce genre d’équipement permet d’apprendre les bases de la préparation du café sans se prendre la tête et se ruiner.

Une bonne automatique c’est fantastique

Dans le domaine de la photographie, nombreux sont ceux qui disent qu’il faut maitriser le mode manuel pour faire de belles images.

Pour ma part, je pense que l’important, c’est de se faire plaisir et que le mode automatique fait très bien l’affaire. D’ailleurs, je vous défie de trouver le mode manuel sur votre iphone.

Cette conversation que j’ai eue devant une très belle “Leva S” trois groupes confirme ce que Vanessa (responsable de la boutique d’usine chez Bibal) explique aux clients qui viennent à la boutique ; Une bonne machine automatique de chez Delonghi ou une machine à café Jura est parfaite pour se faire plaisir et déguster au quotidien un très bon café.

Dans le monde du café de spécialité, réputé être exigeant, le discours est le même. 

Les machines automatiques ont atteint un tel niveau de qualité technique et de sophistication, qu’il est tout à fait possible de réaliser un café au profil aromatique “pointu” en appuyant sur un seul bouton.

Au moment de choisir la machine avec laquelle vous allez préparer votre café favori, prenez un temps d’introspection et répondez à la question : Qu’est ce qui me fait le plus plaisir dans le processus de préparation d’un café ?

Les réglages de la machine ? Le choix du café ? Le moment où je le découvre en bouche ?

La connaissance des producteurs ? La découverte des pays où le café est produit ? Tout ça en même temps ?

Si vous souhaitez partager votre expérience et réflexion sur le sujet, n’hésitez pas à me répondre via les commentaires ou directement sur mon adresse mail joselito.tirados@ cafes-bibal.fr

Ecrit par Joselito Tirados
Trouver des articles similaires
machine à café